CPME | Comment choisir le nom de domaine du site internet de son entreprise ?

1706780427062

UDE | Rétro : Vœux du monde économique des Alpes de Haute-Provence

 

C'est l'union qui nous rend plus fort !

 

/// C’est dans une ambiance "Irrésistible" que l’ensemble des acteurs du monde économique du Département des Alpes de Haute-Provence s’étaient donnée rendez-vous ce mardi 30 janvier 2024 au Palais des Congrès de la Ville de Digne-les-Bains.

 

Cette rencontre coorganisée entre la Chambre des Commerces et de l'Industrie 04, la Chambre de Métiers et de l'Artisanat 04, l'Agence de Développement 04 et l'Union Des Entreprises 04 aura permis à chaque président de présenter ses vœux pour l’année 2024 ainsi que révéler leurs principales orientations et objectifs communs pour l’économie de demain dans les Alpes de Haute-Provence.

 

 

 

CPME | Actu : Réaction suite au discours du Premier ministre

 

Le Premier ministre, Gabriel Attal, lors de son discours de politique générale, a largement mis en avant la valeur travail en insistant sur le fait que celui-ci « doit mieux payer que l’inactivité ». Il s’est dit résolu à « répondre au défi des emplois non pourvus » en faisant en sorte d’inciter à la reprise d’un emploi. La CPME partage naturellement cette préoccupation à l’heure où les entreprises rencontrent toujours des difficultés à recruter. Elle met cependant en garde contre l’instauration d’un compte épargne temps universel (CETU) qui risque non pas d’être ce « véritable sac à dos social » vanté par Gabriel Attal, mais un boulet social inadapté à la réalité des petites entreprises.

 

 

/// Quant à l’idée de « désmicardiser la France » portée par le Premier ministre, si elle est vertueuse sur le principe, il conviendra, au-delà du SMIC, de se pencher en parallèle sur l’écart sans cesse grandissant entre le salaire net et le salaire brut. La question du coût du travail est au cœur de ce sujet, et ce n’est malheureusement pas l’acquisition de congés payés pendant les arrêts maladies qui va contribuer à le faire baisser.

 

La Confédération des PME se félicite également de la volonté affichée de « débureaucratiser la France ». Il s’agit là d’un point crucial pour les entrepreneurs qui, à l’instar des agriculteurs, croulent sous le poids des règlementations qui prétendent régenter le moindre de leurs faits et gestes. Le « test PME » réclamé par notre organisation permettrait de s’assurer d’un véritable tournant. La réforme du droit du travail annoncée doit, quant à elle, s’inscrire dans le droit fil des « ordonnances travail » qui avaient effectivement marqué une rupture, en donnant de la visibilité aux entrepreneurs et en libérant ainsi la création d’emplois.

 

On peut par ailleurs se réjouir de la prise de conscience de la crise profonde que rencontre le secteur immobilier. Il est effectivement plus que temps de prendre des mesures radicales pour relancer ce secteur essentiel pour notre pays.
De même, à rebours de l’écologie punitive, vouloir faire « rimer croissance et climat » va dans le bon sens mais cela devra se traduire par des actes et un changement de méthode pour donner aux entreprises, qui y sont prêtes, les moyens et le temps nécessaires pour s’adapter aux changements profonds qu’imposent la décarbonation de notre économie.

 

Au chapitre des regrets, la question du déficit et du poids de la dette publique semble reléguée au second plan alors même que notre souveraineté, pourtant évoquée plusieurs fois par le Premier ministre, en dépend. Oui la croissance et le travail contribueront à résorber la dette, non cela ne sera pas suffisant, et l’on ne pourra très longtemps mettre sous le tapis l’indispensable réforme de la fonction publique. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que l’expérimentation généralisée de la semaine de 4 jours dans les administrations augure mal d’une véritable volonté d’agir dans ce domaine.

 

Enfin la CPME, solidaire du quotidien cauchemardesque des entrepreneurs de Mayotte, approuve l’idée d’une législation spécifique propre à ce territoire confronté aux pires difficultés. Il est impératif de ne pas abandonner nos concitoyens mahorais. 

 

(Source CPME nationale - Crédit photo Filagerie)
Visuel information Site web Mailing (Publication Instagram (Carré)) (37)

Actu UDE | DUERP : les enjeux et les nouvelles obligations pour 2024 !

 

/// Toutes les entreprises qui emploient du personnel (CDI, CDD, apprenti, intérimaires…), et ce quelle que soit leur taille, ont l’obligation de mettre en place une démarche d’évaluation des risques auxquels peuvent être exposés leurs salariés dans le cadre de leurs activités, en réalisant ce que l’on appelle leur 𝗗𝗨𝗘𝗥𝗣 (Document Unique d’Evaluation des Risques Professionnels).

 

Des nouveautés concernant ce document sont annoncées pour 2024.

 

>> Afin d’inciter davantage les entreprises à s’engager dans cette démarche, la loi prévoit désormais que d’ici l’été 2024, toutes les entreprises qui emploient du personnel devront avoir déposé leur DUERP sur une plateforme dédiée de l’Etat (Juillet 2024). Le DUERP doit désormais être conservé 40 ans sur site, à disposition des salariés et des organismes de contrôle (loi santé au travail 2021). Les entreprises devront également désigner un référent sécurité dès le premier salarié ou apprenti (notons qu'il est possible d'externaliser cette tâche via un IPRP mandaté à cet effet).

 

𝗘𝗻 𝗰𝗮𝘀 𝗱'𝗮𝗯𝘀𝗲𝗻𝗰𝗲 𝗱𝗲 𝗗𝗨𝗘𝗥𝗣 𝗮𝘂 𝘀𝗲𝗶𝗻 𝗱𝗲 𝗹'𝗲𝗻𝘁𝗿𝗲𝗽𝗿𝗶𝘀𝗲, l'employeur s'expose à une amende de 1500 € (classe V) si contrôle. 𝗘𝗻 𝗰𝗮𝘀 𝗱'𝗮𝗰𝗰𝗶𝗱𝗲𝗻𝘁 𝗱'𝘂𝗻 𝘀𝗮𝗹𝗮𝗿𝗶é, risque pénal avec 75 000 € d'amende et 5 ans d'emprisonnement. Au Civil, c'est la "faute inexcusable de l'employeur" avec des sommes pouvant être très importantes en dommage et intérêts en faveur des salariés. De plus, concernant les exploitations agricoles, les aides publiques de la PAC seraient fortement minorées (franchise de 15 % à 40 % si absence de DUERP).

CPME | François Asselin reçu par le Premier ministre, Gabriel Attal

 

Le président de la CPME, François Asselin, a rencontré hier le Premier ministre, Gabriel Attal. Il lui a fait part des inquiétudes de la CPME sur la conjoncture économique et la multiplication des signaux de ralentissement, en particulier dans le secteur immobilier.

 

 

/// Il a insisté sur le caractère paradoxal d’une situation dans laquelle les entreprises continuent à rencontrer des difficultés pour recruter alors que l’activité marque le pas.

Dans ce contexte, François Asselin a souligné la nécessité de donner davantage de visibilité aux entreprises sur l’évolution à venir des tarifs de l’électricité et du gaz. Il serait également utile de rassurer les acteurs économiques concernés par l’organisation précise des Jeux olympiques 2024 en leur apportant des clarifications et en désignant un interlocuteur spécifiquement en charge du volet économique de ce magnifique évènement.

 

Pour éviter que ne se multiplient les défaillances d’entreprises, il a par ailleurs plaidé pour une clarification de la position française sur les projets européens en matière de délais de paiement et pour un assouplissement du dispositif permettant d’obtenir un allongement de la durée de remboursement du prêt garanti par l’Etat (PGE) en supprimant la mise en défaut bancaire. Il a également insisté sur les conséquences désastreuses de l’instauration de congés payés acquis pendant les arrêts maladie, et la nécessité de sortir de l’impasse actuelle en limitant l’impact financier pour les entreprises.

 

Enfin, le président de la CPME a remis au Premier ministre ses « 80 propositions pour mettre fin à la complexité administrative » et lui a proposé de mettre en place un « test PME » sur les nouveaux indicateurs de notation extra-financière des entreprises (CSRD). Celui-ci s’est dit résolu à avancer rapidement sur le sujet de la simplification.

 

(Source CPME nationale)

Hand flipping of 2023 to 2024 on wooden block cube for preparation new year change and start new business target strategy concept.

CPME | Social : ce qui change au 1er janvier 2024

 

SMIC, plafond de la Sécurité sociale, prime de partage de la valeur, gratification des stagiaires, cotisations patronales maladie et allocations familiales, montant net social, modification du plancher du taux horaire minimum d’allocation pour les activités partielles et France Travail : entrepreneurs, le point sur tout ce qui évolue au 1er janvier et ce qui aurait dû s'appliquer.

 

 

Revalorisation du SMIC
Au 1er janvier 2024, le montant du SMIC horaire brut passe de 11,52 € à 11,65 € soit 1 766,92 € mensuels sur la base de la durée légale du travail de 35 heures hebdomadaires.

À Mayotte, le Smic horaire brut sera porté à 8,80 € soit un montant mensuel brut de 1 334,67 € sur la base de la durée légale du travail de 35 heures hebdomadaires.

 

Augmentation du plafond de la sécurité sociale
Le plafond de la Sécurité sociale augmente de 5,4%. Le montant du plafond mensuel de la Sécurité sociale est ainsi fixé à 3 864€ (46 368 € pour le plafond annuel).

 

Prime de partage de la valeur
Le régime social et fiscal avantageux de la prime de partage de la valeur (exonération de CSG/CRDS et d’impôt sur le revenu) est prolongé jusqu’au 31 décembre 2026 pour les salariés des entreprises de moins de 50 salariés et percevant moins de trois fois le SMIC au cours de l'année précédant le versement de leur prime.

La prime peut désormais être attribuée deux fois par an dans la limite des plafonds totaux d’exonération (3 000 € ou 6 000 €) et peut être placée sur un plan d’épargne salariale.

 

Gratification des stagiaires
Les stages dont la durée est supérieure à deux mois, consécutifs ou non, au cours d’une même année scolaire ou universitaire, donnent lieu à une gratification, versée mensuellement. Son montant correspond au minimum à 15 % du plafond horaire de la Sécurité sociale, soit 4,05 euros de l’heure en 2023. Depuis le 1er janvier 2024, son montant est de 4,35 euros de l’heure.

 

Cotisations patronales maladie et allocations familiales
Les seuils d’application des mesures générales d’exonération de cotisations maladie et allocations familiales sont désormais fixés par décret sans pour autant être inférieurs à 2,5 fois et 3,5 fois le salaire minimum de croissance applicable au 31 décembre 2023. Celles-ci étaient fixées respectivement à 2,5 et 3,5 SMIC en vigueur.

 

Déploiement du montant net social
Le montant « net social » figurera sur tous les bulletins de paie à partir de janvier 2024 et progressivement sur les relevés de décompte des prestations sociales.

 

Activité partielle : modification du plancher du taux horaire minimum d’allocation versée à l’employeur
Depuis le 1er janvier, le plancher du taux horaire minimum d’allocation versée à l’employeur par l’État s’établit à 8,30 € (contre 8,21 € auparavant) et celui de l’allocation de l’activité partielle de longue durée (APLD) à 9,22 € (contre 9,12 € auparavant).

 

Création de France Travail
Depuis le 1er janvier, Pôle Emploi est devenu France Travail. Le nouvel opérateur France Travail bénéficie de missions élargies devant permettre de mieux accompagner toutes les personnes en recherche d’emploi et toutes les entreprises qui cherchent à recruter.

 

(Source CPME nationale)

AdobeStock_642300192-scaled

Tribune : Délais de paiement | MEDEF - CPME - France Industrie

 

QUAND L’EUROPE IGNORE LA RÉALITÉ DES ENTREPRISES

 

Tribune parue sur le site Internet des Echos cosignée par Patrick Martin (Président du MEDEF), François Asselin (Président de la CPME) et Alexandre Saubot (Président de France Industrie).

 

"Les retards de paiement sapent la compétitivité des entreprises, freinent la croissance et instaurent un climat de méfiance. Lutter contre ces retards est une priorité. Le MEDEF, la CPME et France industrie y sont pleinement engagés. Alors que le délai de règlement peut être porté en France à 60 jours (ou 45 jours fin de mois) par accord entre les parties, un projet de règlement de la Commission européenne, entend réduire le délai maximum de paiement à 30 jours stricts, sans permettre aucune dérogation à cette règle. Nous y sommes totalement opposés.

De prime abord, l’intention semble louable mais elle confond retards et délais de paiement. Si l’on doit combattre les premiers, les seconds doivent pouvoir s’adapter aux réalités de marché.

 

Liberté contractuelle

 

Le passage du délai de paiement à 30 jours pour toutes les entreprises, tous les secteurs et dans toutes les situations, sans pouvoir jamais y déroger, ignore la réalité des entreprises et contrevient au principe de liberté contractuelle. Ce sont nos PME qui seraient sans doute les plus pénalisées car dans l’impossibilité de s’adapter. Dans un contexte de taux d’intérêt élevés , cela pèserait fortement sur leur trésorerie.

Un commerce de vêtements devra payer ses fournisseurs deux fois plus tôt. Mais pourra-t-il écouler sa marchandise deux fois plus vite ? Et que dire des commerces à l’activité majoritairement saisonnière, par exemple de bijoux ou de jouets, bénéficiant, pour cette raison, de dérogations, qui vont être logés à la même enseigne que tous les autres ?

 

La majorité des acteurs économiques paie en temps et en heure même si nous déplorons encore quelques exceptions parmi les plus grandes entreprises, les collectivités territoriales ou les administrations publiques. La moyenne des retards en France est inférieure à la moyenne européenne.

 

Effet déstabilisant

 

Dans ce contexte, pourquoi recourir à une mesure aussi drastique quand la situation requiert une approche ciblée ? Nous pensons qu’une telle réduction des délais de paiement n’entraînerait pas mécaniquement une réduction des retards. Au contraire, elle aurait un effet déstabilisant sur les entreprises et créerait, de facto, une distorsion de concurrence au profit des fournisseurs extra-européens. Nos partenaires patronaux européens partagent nos préoccupations et notre volonté de trouver une solution pragmatique.

 

Les délais de paiement sont un équilibre fragile. Veillons à ne pas entraver la croissance économique, la réindustrialisation de notre pays et l’objectif, partagé par tous, de plein-emploi en mettant en péril nos entreprises par une mesure brutale et inefficace".

c3ebec0b6dea1db58fe18276059ba95021cc31db

France 2030 : un plan d’investissement pour la France de demain

France 2030 est un plan inédit d’innovation et d’industrie qui traduit une double ambition.
D’une part, transformer durablement des secteurs clés de notre économie (énergie, automobile, aéronautique, numérique ou encore espace) par l’innovation et l’investissement industriel. D’autre part positionner la France non pas seulement en acteur, mais bien en leader de l’économie de demain.

UDE 04

UDE 04

27 Allée des Genêts
04200 Sisteron

Tél. 04 92 33 18 33
Fax. 04 92 61 42 07
contact@ude04.com

Du lundi au vendredi
9h - 12h30, 14h - 17h30

Mentions légales et C.G.U. - Plan du site
Copyright 2017 © Tous droits réservés

Paiement sécurisé par Payplug

Création de site internet agence Oyopi